Thursday 02 Apr 2020


Lettre ouverte à Martine AUBRY, Maire de Lille


logo ecai                                                                      Madame Martine AUBRY
Maire de Lille

                                                                     HOTEL DE VILLE
Place Augustin Laurent
CS 30667
                                                                                                                                 59033 LILLE

                                                                                                                                         Paris, le 15 octobre 2014

 

JLS/ELM/141005

Objet : Jumelage Lille / Safed

 

Madame la Maire,

En apprenant la nouvelle de la « mise en veille du jumelage Lille/Safed », notre association qui œuvre pour le développement des relations économiques entre la France et Israël est atterrée.

Cette décision soumise à votre accord par certains membres du conseil municipal que vous présidez, aurait certainement été désapprouvée par votre prédécesseur, Pierre Mauroy, qui avait engagé, en 1988, sa parole, ses sincères convictions humanistes pour établir des liens solides d’amitié et de coopération entre ces deux villes.

Safed est une ville au rayonnement culturel intemporel qui a hébergé les plus grands kabalistes.

Vous avez semblé avoir validé une pétition présentée par une association régionale condamnant Safed en la qualifiant de « ville la plus raciste ». Comment pouvez-vous accuser et condamner toute une ville entière qui mêlent des cultures différentes et où l’art est omniprésent pour « des supposés » propos ou actes individuels, isolés ?

 De façon symétrique, devrait-on blâmer la ville de Lille et tous les Lillois et traiter Lille de ville raciste au prétexte que dans ses rues, à plusieurs reprises, des slogans anti-juifs ont été criés en toute impunité ?

Devrait-on condamner cette ville et ses habitants au prétexte que son rabbin y a été agressé en plein jour ? Que des enfants dans leur école républicaine sont traités de « sales juifs », que le carré juif de son cimetière a été vandalisé ?

 La ville de Safed, en juillet dernier a-t-elle décidé de « mettre en veille » son jumelage avec Lille où des clameurs haineuses de manifestants ont hurlé « mort aux juifs » ?

Est-il possible que vous approuviez les revendications d’une association et de quelques élus locaux qui pourtant n’ont pas manifesté leur indignation, ni exprimé leur colère lors des massacres nombreux perpétués dans le monde, et en particulier dans des pays non démocratiques proches d’Israël ?

Il est impensable que l’association à l’origine de la pétition soit dans l’ignorance de la situation réelle, et notamment du fait que l’organisation terroriste qui administre GAZA choisit délibérément des habitations civiles, des écoles ou des hôpitaux de Gaza pour lancer ses roquettes vers Israël.

Faire circuler ce manifeste, c’est choisir délibérément de contribuer à entretenir un climat de haine vis à vis d’Israël, encourageant et favorisant un dangereux climat antisémite.

En cautionnant les affirmations de la pétition, en décidant de rompre (ou de mettre en veille) un engagement de jumelage, ne craignez-vous pas de développer ces risques, et de vous rendre complice de ces appels à la haine, de cette discrimination, de ce mépris de la vérité ?

Si Lille était la cible incessante d’attaques terroristes, envisageriez-vous de la défendre ? Pourquoi alors contester à Israël cette légitime volonté ?

Lille qui sait s’honorer du label de capitale européenne de la culture, ne peut « mettre en veille » ses relations avec une ville au passé et au présent culturel incontestable.

 Il est navrant de constater que les valeurs humanistes et culturelles indissociables de l’héritage lillois qui vous a été confié par les habitants de cette ville, soient sacrifiées à des opportunités politiques et à des revendications intéressées de la part d’un petit nombre de lillois.

 Les membres de notre association professionnelle qui regroupe des experts-comptables, des avocats et des notaires français, sans distinction religieuse, sont extrêmement choqués par la décision émise envers Safed.

 Je vous remercie de bien vouloir en prendre acte et à défaut de revenir sur cette décision, nous vous saurions gré de bien vouloir communiquer cette lettre à l’assemblée municipale que vous présidez.

Avec mes respectueux hommages, je vous prie d’agréer, Madame la Maire, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Jean-Luc SCEMAMA

Président

 

   Association à but non lucratif (loi 1901) – Siège Social : 20, rue Brunel – 75017 PARIS

Design par Kromogen