Tuesday 16 Oct 2018


Patrick Drahi pactise avec Xavier Niel en Israël


L’opérateur Hot Mobile de Patrick Drahi va louer son réseau à Golan Telecom, propriété de Michael Golanet Xavier Niel.

Patrick Drahi et Xavier Niel qui font affaire ensemble en Israël ? La nouvelle peut faire sourire quand on connaît les rapports exécrables qu’entretiennent les deux hommes, dont les opérateurs SFR et Free sont concurrents en France. Elle n’en est pas moins vraie.

Vendredi 10 juin, Hot Mobile, propriété de l’Altice de Patrick Drahi, a informé les autorités boursières de la signature d’un accord d’une durée de dix ans avec Golan Telecom. Cet opérateur appartient à Michael Golan, et Xavier Niel, le patron d’Iliad-Free en France, en possède 30 %.

Un trublion qui revient de loin

Concrètement, l’accord doit d’abord permettre à Golan Telecom (850.000 abonnés) « d’utiliser les services du réseau de Hot Mobile » et ainsi de « rester un opérateur indépendant ». Hot Mobile va ensuite fournir à Golan Telecom, et sous certaines conditions, les ressources qui lui sont nécessaires pour financer ses engagements liés à l’itinérance. Golan Telecom a en effet contracté auprès de l’opérateur historique israélien Cellcom une dette de 600 millions de shekels (soit 150 millions d’euros) pour utiliser son réseau d’antennes, l’opérateur low cost n’ayant pas déployé sa propre infrastructure comme il s’y était engagé.

Golan Telecom revient de loin. Il y a quelques mois, il a tenté de fusionner avec Cellcom , mais à la mi-avril l’opération a été bloquée par l’antitrust israélien . Depuis, le groupe est réputé en faillite. Il cherchait un autre acquéreur et, contre toute attente, c’est donc auprès de son grand rival, Hot Mobile, qu’il a trouvé secours.

Guerre sans merci

Hot Mobile et Golan Telecom sont en effet les deux trublions du paysage israélien des télécoms. Depuis leur entrée sur le marché du mobile, il y a quatre ans, ils se livrent une guerre sans merci. Au lendemain de l’échec de l’opération avec Cellcom, on a même vu Hot proposer aux clients de Golan de s’aligner sur le prix de l’abonnement de ce dernier pour les récupérer, alors que Golan était en situation de faiblesse extrême.

La guerre est d’autant plus virulente que Patrick Drahi et Michael Golan sont en très mauvais termes. Car, il y a quelques années, Michael Golan travaillait pour les activités de télé par câble et de télécoms fixe de Patrick Drahi. Celui-ci préparait alors sa candidature à une licence de téléphonie mobile en Israël. Jusqu’à ce que Michael Golan décide de partir, pour créer sa start-up, disait-il. En réalité, il fonde alors sa société pour proposer, lui aussi, son propre dossier, afin d’obtenir une licence mobile pour Golan Telecom, avec le soutien de Xavier Niel et donc… face à Patrick Drahi ! Une pilule difficile à avaler pour le patron d’Altice, qui l’attaque alors pour concurrence déloyale, mais perd son procès.

Golan sauvé de la faillite par son concurrent

L’ironie de l’histoire fait qu’aujourd’hui, Michael Golan est sauvé de la faillite par Patrick Drahi… Les deux hommes auraient-ils enterré la hache de guerre ? En réalité, l’accord signé n’a rien de philanthropique. Michael Golan va devoir verser une redevance tous les ans à Patrick Drahi pour la location du réseau de Hot.

Le patron d’Altice, lui, préfère récupérer cet argent plutôt que de le laisser à un autre acteur des télécoms en Israël. Surtout, il évite le rachat de Golan Telecom par un acteur étranger qui aurait pu renforcer ce concurrent. Le milliardaire russe Roman Abramovich était notamment réputé intéressé par Golan. Certains imaginent déjà une fusion, à terme, entre Golan et Hot. Elle aurait le mérite, pour Hot, de faire disparaître son grand rival.

 

Les ECHOS

Fabienne SchmittNathalie Hamou /  Le 12/06 à 16:56 /

Design par Kromogen